Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • De la brique au net

    L'une des plus grandes erreurs que nous constatons chez les nouveaux entrepreneurs et les entreprises en démarrage est d'essayer de se lancer à la maison dès la sortie de la boîte. Mon expérience à l'époque où je jouais au baseball, et dans la création d'une base d'affaires solide, est que lorsque vous tentez intentionnellement de frapper des courses à domicile, vous partez habituellement. Le circuit vient habituellement quand vous essayez d'entrer en contact avec le ballon et de le mettre en jeu. Ma firme de consultation en marketing de produits de consommation conseille des douzaines d'entrepreneurs chaque année. Très souvent, ces admirateurs ambitieux sont poussés à être aussi grands qu'ils peuvent l'être, aussi vite qu'ils peuvent l'être. Notre conseil pour poser une base solide, tester le marché, re-tester le marché, changer les stratégies de marketing pour assurer la faisabilité et sécuriser une pierre solide & ldquo; preuve de la vie du produit & rsquo; va souvent pour rien. Ces chargeurs durs veulent voir le produit dans les grandes surfaces aussi rapidement que possible. Il y a beaucoup d'autres moyens, plus sensés, d'atteindre des objectifs élevés. L'un des canaux de vente les plus banals qui peuvent être pris pour réussir est le kiosque de base du centre commercial. Le kiosque fournit une plate-forme merveilleuse pour présenter aux consommateurs de nouveaux produits et services. Ces magasins à ciel ouvert sont peu coûteux à louer, facilement commercialisables et situés dans les principaux couloirs de circulation du centre commercial. Les clients n'ont pas à marcher dans les magasins pour faire leurs courses, ils doivent simplement passer kiosque pour se déplacer à travers le lieu. La possibilité d'avoir un produit démontré pour un flux constant d'acheteurs fait du kiosque un outil merveilleusement logique pour tester de nouveaux concepts. Ils ne sont pas considérés sexy. Mais les kiosques sont efficaces et peuvent être extrêmement rentables. Ils sont également parmi les meilleurs itinéraires possibles pour tirer parti d'un produit de la distribution locale, régionale, nationale, et éventuellement internationale. L'expérience de 1971 d'un optométriste à Miami fournit un exemple éclairant du potentiel que les ventes de kiosques peuvent offrir aux nouvelles entreprises. Samuel Ziff était un optométriste en exercice en 1971. Il estimait que la catégorie de produits de lunettes de soleil, qui était très forte dans sa pratique basée en Floride du Sud, n'était pas suffisamment bien vendue chez les détaillants disponibles à cette époque. Dr Ziff a décidé de mettre en évidence la catégorie, ajouter une sélection plus large, le style et les services et se spécialiser dans les ventes de lunettes de soleil seulement. Il a choisi un centre commercial de Miami et a loué l'un des premiers kiosques de centre commercial pour offrir ses marchandises. Le kiosque a été marqué & ldquo; le Sunglass Hut & quot ;. Les ventes ont immédiatement explosé et dépassé les attentes. Dr. Ziff et sa famille ont décidé de se développer et ont commencé à ouvrir des kiosques supplémentaires autour de l'état de Floride. Peu à peu, au fur et à mesure que les ventes et les profits augmentaient, Sunglass Hut commença à déménager des kiosques vers les magasins fixes. En 1986, après l'ouverture du 100e établissement, la famille Ziff a vendu 75% de l'entreprise Sunglass Hut à un groupe d'investissement privé. Le partenaire d'investissement a permis au Sunglass Hut de se développer de manière agressive à travers les États-Unis, l'Europe et, en fin de compte, dans le marché indien et des boutiques hors taxes. En 2001, Sunglass Hut a été vendue à Luxottica, la maison de design italienne spécialisée dans les lunettes de luxe. Les nouveaux propriétaires avaient récemment acheté Lens Crafters, une entreprise basée à Cincinnati, la plus grande chaîne de détaillants de lunettes au monde. La combinaison de Luxottica, Sunglass Hut et Lens Crafters a créé une entreprise de mode et de vente au détail qui domine le monde de la mode. Aujourd'hui, le colosse de détail qui comprend Sunglass Hut vend des cadres de Chanel, Ralph Lauren, Burberry, Oakley, Ray Ban, Gucci, Bulgari et de nombreuses autres maisons de haute couture. Sunglass Hut est l'une des marques les plus reconnaissables dans l'univers de la vente au détail. Cette histoire à succès américaine classique émanait d'un panier d'achat unique. Samuel Ziff a commencé petit, a prouvé son modèle de vente, a réinvesti dans l'expansion et a construit le premier détaillant de mode consacré uniquement à la vente de lunettes de soleil. C'est une stratégie de marketing très viable que de nombreux autres entrepreneurs devraient envisager. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de l'agence en référencement naturel.

  • Le retour de la tuberculose

    La tuberculose fait partie des maladies a prevention vaccinale et a declaration obligatoire. Avec moins de 10 nouveaux cas de tuberculose maladie declares pour 100 000 habitants depuis 2004, la France est consideree au plan international comme un pays a faible incidence de tuberculose. Cette situation masque cependant des differences importantes entre zones geographiques et groupes de population. L’Ile-de-France, Mayotte et la Guyane sont les trois regions de plus fort taux de declaration. Le nombre de cas de tuberculose a bacilles multiresistants (MDR), qui etait stable depuis le debut des annees 2000, augmente en 2011 et 2012. L’Ile-de-France cumule la moitie de ces cas et le nombre de cas ayant deja beneficie d’un traitement antituberculeux atteint, en 2012, celui des cas encore non traites. En juillet 2007, sur les recommandations du Comite technique des vaccinations et du Conseil superieur d’hygiene publique de France, l’obligation vaccinale par le BCG a ete suspendue et un regime de recommandation forte pour les enfants les plus exposes, dont ceux residant en Ile-de-France et dans les DOM, a ete promulgue. La couverture par le BCG est insuffisante chez les enfants a risque de tuberculose, surtout en dehors de l’Ile-de-France15. D’autres maladies infectieuses ne beneficient pas d’une prevention vaccinale et la surveillance de leur evolution temporelle permet de mesurer l’efficacite des mesures preventives. La légionellose, infection respiratoire provoquee par des bacteries du genre Legionella, se caracterise par des symptomes respiratoires aigus, avec une mortalite non negligeable, pouvant atteindre plus de 20 % pour les sujets fragilises (personnes agees, immunodeprimees, diabetiques, fumeurs, patients atteints de maladies respiratoires chroniques, etc.) mais le nombre de deces reste faible (moins d’une centaine de cas annuels). Les legionelles, presentes dans le milieu aquatique naturel, se multiplient facilement dans les sites hydriques artificiels lorsque les conditions sont favorables, notamment une temperature comprise entre 25 et 45 °C. La contamination de l’homme se fait par voie respiratoire, par inhalation d’eau diffusee en aerosol a partir d’une installation contaminee (tours aerorefrigerantes, douche, bains a remous, brumisateurs, fontaines decoratives…). Le bilan des cas de legionellose survenus en France en 2012 montre une legere augmentation par rapport a l’annee 2011. Les caracteristiques epidemiologiques des cas ainsi que le gradient geographique du taux d’incidence Ouest-Est restent cependant similaires a la situation observee les annees precedentes.

  • Une expérience abracadabrantesque

    Samedi dernier, j'ai concrétisé un rêve de gosse : j'ai réalisé un vol en avion de chasse. Une expérience assez courte (trente minutes) mais particulièrement intense. J'ai un peu hésité à l'idée d'écrire un article là-dessus, car je ne pense pas qu'il soit possible de décrire un tel moment. Mais après tout, si je n'évoque pas ici une aventure pareille, ce blog a-t-il encore une utilité ? Je vais donc essayer de vous relater tout ça. Samedi dernier, je suis donc allé à l'aérodrome pour y effectuer ce baptême de l'air un peu singulier. Le vol ne se faisait évidemment pas à bord d'un F-35, mais tout de même, il se faisait à bord d'un L-39, qui a servi pendant près de 20 ans à la Patrouille de France ! S'il ne ressemble pas du tout à un avion de combat, avec sa double queue très caractéristique, il est bien rompu aux acrobaties aériennes. Je vous passerai les détails des présentations et du briefing pour passer directement à l'essentiel. Une chose à préciser tout de suite : en altitude, je me suis tout de suite senti dans mon élément. Le L39 dégage en effet une forte puissance, qui permet de se sentir en confiance : en effet, il garde sa trajectoire, même avec un vent latéral assez fort. Clairement, on est aux antipodes de ce qu'on peut éprouver à bord d'un avion de tourisme ! Mais passons au vol lui-même. Si le vol est plutôt pépère les premières minutes, ce n'est en fait qu'une phase de découverte. Et il devient très différent quand débute la phase acrobatique ! On découvre la violence du schmilblick dès la première vrille, quand on se retrouve sans prévenir plaqué contre son siège avec la vitesse. La pression qu'on ressent sur le corps est fantastique. Comme si une main géante tentait de vous aplatir. On doit recevoir 4,5 G pendant certaines figures : on pèse alors 4,5 fois son poids habituel ! Il faut même se contracter au maximum pour ne pas s'évanouir ! Alors bon, présenté comme ça, on pourrait croire qu'il s'agit d'une souffrance, mais en fait pas du tout : c'est une sensation exceptionnelle. La seule chose éprouvante, en fait, c'est de basculer des G positifs aux négatifs quand on s'y attend le moins. Ca, on peut dire que ça remue méchamment et que ça a vite tendance à vous filer la nausée. A tel point que si j'ai raffolé de cette partie acrobatique, j'ai tout de même été soulagé quand nous avons pris la direction du retour. Je n'aurais pas tenu une minute de plus sans faire usage du sac en papier ! De retour sur le plancher des vaches, j'étais encore livide, mais quelle importance ? J'étais le roi du monde ! A lire sur le site de cette expérience de baptême en avion de chasse à Reims.